26

/  Mai 2015

26

/  Mai 2015

Réponse à l'interpellation d'Isabelle Emmery

 

J'ai effectivement octroyé au spectacle Djihad le label d'utilité publique. L'octroi de ce label entraîne un soutien accru à la diffusion du spectacle concerné, en raison de sa pertinence, de son rapport à l' actualité, et de sa qualité pédagogique.

 

Deux pièces de théâtre se sont vues accorder d'initiative au cours du premier semestre 2015 le label d'utilité publique. Il s'agit de « Djihad » et d' « Un Homme Debout ».

 

J'ai par ailleurs décidé, pour le second semestre 2015, de structurer l'octroi de ce label  à d'autres spectacles, par la mise en place d'un jury indépendant, qui sera composé de personnalités issues des secteurs culturel et académique. Je ne manquerai pas de vous communiquer la composition précise de ce jury, une fois qu'il aura été procédé à sa désignation, qui est prévue pour la rentrée 2015.

 

La tournée organisée à l'initiative du Gouvernement francophone bruxellois et du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a débuté non pas en mai, mais bien en mars dernier à Molenbeek. Elle s'est poursuivie au Botanique et au Théâtre des Martyrs durant tout le mois de mai. Or, nous savons tous par ailleurs que la pièce suscite les débats les plus passionnés et souvent difficiles à appréhender pour les enseignants ou animateurs de jeunes, confrontés à des discours passionnels. Les thèmes soulevés sont aussi divers que la liberté d'expression, le racisme, l'exclusion, l'identité, le complot, l'endoctrinement, les médias, l'intégration ou encore le vivre ensemble.

 

C’est la raison pour laquelle j'ai estimé tout à fait indispensable de faire réaliser un dossier pédagogique, qui a pour double objectif de poser le contexte lié à l'actualité et de cadrer les différentes thématiques développées dans le cadre du spectacle, en offrant une série d’outils pratiques destinés à faciliter les débats.

 

Ce dossier pédagogique,  qui représente un coût de 18.000€ a été réalisé par le Centre Bruxellois d'Action Interculturelle et est donc  d'ores et déjà mis à disposition des enseignants et animateurs, et plus généralement, de toute personne soucieuse d'organiser des débats en lien avec le contenu de la pièce.

 

Le dossier pédagogique est  disponible via le site de la COCOF, celui du CBAI et de la Maison de la Francité.

 

Une cinquantaine d'exemplaires « papier » sont également fournis à l'issue de la représentation de la pièce.

 

Un courrier sera envoyé aux bourgmestres et aux échevins compétents, afin que ceux-ci puissent communiquer cette information à tout enseignant, animateur ou personne intéressée.

 

L'objectif d'un tel outil est vraiment de permettre à tout le secteur scolaire, culturel et associatif en général de travailler à longue échéance, et avec toute la sérénité requise, sur l'ensemble de ces thématiques sensibles pour nos jeunes et liées au vivre ensemble.

 

Je vous remercie.

 

 

Réponse à l'interpellation de Monsieur Gaëtan Van Goidsenhoven sur le soutien de la COCOF apporté à des projets de commémoration du centenaire du génocide arménien

 

 

Monsieur Goidsenhoven,

Je vous remercie pour votre intérêt concernant la commémoration du génocide arménien. 

 

Je partage bien évidemment votre préoccupation quant au devoir de mémoire qui nous incombe non seulement en tant que particuliers, mais aussi très largement en tant que pouvoirs publics. Ce devoir de mémoire ne concerne pas seulement le génocide arménien, mais également tous les génocides et crimes contre l'humanité qui ont marqué l'histoire, qu'il s'agisse de la Shoah, du massacre des Indiens, des Tutsis, du massacre de Srebrenica en ex-Yougoslavie, du génocide cambodgien, pour ne citer que ces quelques exemples parmi tant d'autres.

 

Il est vrai que, au niveau du Gouvernement francophone bruxellois, il n'y a pas eu d'appel à projet spécifique concernant la commémoration du génocide arménien. En effet, lorsqu'un appel à projet se produit, comme c'est le cas notamment à l'initiative de la Région de Bruxelles-Capitale pour la commémoration des 100 ans de la première guerre mondiale, c'est que l'événement s'inscrit directement  dans l'histoire de notre Région. 

 

De la même façon, le Gouvernement francophone bruxellois a participé au financement de certains projets relatifs à la commémoration des 50 ans des immigrations turque et marocaine lancé à l'initiative de la Fédération Wallonie-Bruxelles car ces immigrations imprègnent véritablement l'histoire sociale, politique, économique et culturelle de la Région bruxelloise.

 

Cela étant, je peux vous assurer que je serai tout à fait réceptive à d'éventuelles demandes concernant des projets relatifs à la commémoration du génocide arménien, pour autant qu'ils aient lieu en Région bruxelloise et qu'ils aient vocation à toucher l'ensemble des publics.

 

Je vous remercie.

 

 

 

Réponse de Madame Fadila Laanan à l’interpellation de Mme. Annemie MAES sur la collecte des petits déchets chimiques.

 

Je vous remercie de votre question qui me permet de mettre en lumière un service dont on ne parle que trop peu alors qu’il est significatif de tout ce que l’Agence met en place comme service pour se montrer au plus proche de l’habitant. 

En effet, le service des Proxy Chimik a été mis en place pour apporter une solution supplémentaire à la collecte en parc à conteneurs pour les habitants qui souhaiteraient se défaire plus rapidement de petits déchets chimiques qui ne peuvent aller dans le sac blanc.

Une brochure spécifique est dédiée à ce service de proximité et proposée aux communes pour informer leurs habitants. Une page internet lui est également réservée sur le site de l’Agence Bruxelles-Propreté. Elle présente les déchets concernés par cette collecte ainsi que le planning annuel des tournées sur l’ensemble de la Région bruxelloise. Enfin, il est également intégré dans le calendrier personnalisé de chaque habitant.

Ce service est organisé en concertation avec les communes pour ce qui relève des lieux et des horaires. Toutefois, toutes les collectes sont accessibles à tous les Bruxellois. Les domiciles ne conditionnent donc pas l’accès aux collectes d’une commune. 

Les déchets abandonnés au pied des bulles à verre, sont, quelle que soit leur nature, collectés par les équipes de collectes des dépôts clandestins. Leur état et leur disposition « en vrac » ne permet de collecte différenciée. Ici, la rapidité d’intervention est prioritaire. Il n’est donc pas possible de chiffrer le taux de déchets chimiques collectés par les services de dépôts clandestins. 

Par contre, il est possible d’évaluer ce pourcentage pour les sacs blancs conduits à l’incinérateur. En l’occurrence, il s’élève à moins de 2% par an.

Quant aux critères qui déterminent les déchets électroniques admis à cette collecte spécifique, il s’agit essentiellement des conditions imposées par « Recupel » à l’Agence Bruxelles-Propreté en tant qu’organisme agréé suivant l’Accord de coopération du 4 décembre 2008 et chargé du secteur des déchets électroniques. Pour les autres déchets, il faut se référer aux autres organismes agréés : Valorfrit, Bebat, etc.

Pour terminer, le nombre de plaintes relatives à ce service reçues en 2014 est inférieur à 10. La majeure partie concerne la localisation du camion. En effet, il arrive que les collecteurs ne puissent stationner à l’endroit initialement prévu. Une alternative doit alors être trouvée. Ce problème est connu et régulièrement traité pour tous les lieux qui posent des difficultés en bonne étroite collaboration avec les communes. 

En conclusion, j’indiquerai que tout ce qui précède est la juste démonstration de l’efficacité de ce service et que celle-ci ira encore s’améliorant car le service a récemment été renforcé pour étendre encore sa présence sur le terrain. 

 

Je vous remercie de votre attention.

 

-----------------------

 

 

Ik dank u voor uw vraag die me toelaat om de aandacht te vestigen op een dienst waarover men te weinig praat, hoewel deze veelbetekenend is voor al hetgeen dat het Agentschap in het werk stelt om zich zo dicht mogelijk bij de inwoners te vertonen.

De dienst Proxy Chimik werd namelijk opgericht om een extra oplossing te bieden voor de ophaling in containerparken voor inwoners die zich sneller wensten te ontdoen van klein chemisch afval dat niet in de witte vuilniszak mag.

Er wordt een specifieke brochure gewijd aan deze buurtdienst die ook voorgesteld wordt aan de gemeenten om hun inwoners te informeren. Bovendien wordt er ook een internetpagina aan gewijd op de website van het Agentschap Net Brussel. De brochure geeft al het afval weer dat hiertoe behoort, evenals de jaarplanning van de ophalingen in heel het Brussels Gewest. Tevens wordt deze brochure ook geïntegreerd in de persoonlijke kalender van elke inwoner. 

Deze dienst wordt georganiseerd in overleg met de gemeenten op het vlak van plaatsen en uurroosters. Alle ophalingen zijn echter toegankelijk voor alle Brusselaars. De domicilies bepalen dus niet de toegang tot ophalingen van een gemeente.

Het achtergelaten afval naast de glasbollen wordt, ongeacht de aard ervan, opgehaald door de ophalingsteams voor zwerfvuil. Hun staat en hun “losse” schikking laat geen gedifferentieerde ophaling toe. Hier is de snelheid van de interventie prioritair. Het is dus niet mogelijk om het percentage chemisch afval te berekenen dat opgehaald wordt door de diensten voor zwerfvuil. 

Het is daarentegen mogelijk om dit percentage te evalueren voor de witte vuilniszakken die afgevoerd worden naar de verbrandingsoven. In dit geval bedraagt het minder dan 2% per jaar.

Op het vlak van de criteria die het elektronisch afval bepalen dat toegelaten wordt tot deze specifieke ophaling, gaat het voornamelijk om voorwaarden die opgelegd werden door “Recupel” aan het Agentschap Net Brussel als erkende instelling volgens het Samenwerkingsakkoord van 4 december 2008. Bovendien staat het in voor de sector van elektronisch afval. Voor ander afval dient te worden verwezen naar andere erkende instellingen: Valorfit, Bebat, enz.

Tot slot werden er in 2014 minder dan 10 klachten ontvangen met betrekking tot deze dienst. Het merendeel betreft de plaatsing van de vrachtwagen. Het gebeurt immers al eens dat de medewerkers niet kunnen parkeren op de oorspronkelijk voorziene plaats. Er moet dan een alternatief gezocht worden. Dit is een gekend probleem en er wordt voor alle plaatsen die problemen vormen regelmatig  onderhandeld in goede en nauwe samenwerking met de gemeenten.

Ten slotte zal ik erop wijzen dat al het voorgaande de doeltreffendheid van deze dienst net bewijst en dat deze nog zal worden verbeterd, aangezien de dienst recent werd versterkt teneinde de aanwezigheid op het terrein nog uit te breiden.

Bedankt voor jullie aandacht

 

 

Réponse de Madame Fadila Laanan à la question orale de Mme. Viviane TEITELBAUM sur les procès-verbaux dressés par l’Agence Bruxelles-Propreté

 

 

Avant toute chose, je souhaiterais vous rappeler le cadre juridique dans lequel l’Agence doit s’inscrire en matière de répression. 

En la matière, il existe un pléthore de textes, à tous les niveaux de pouvoir, qui concernent l'environnement au sens large et notamment les déchets. De manière générale, ce sont l'Institut Bruxellois de la Gestion de l’Environnement et les communes qui sont chargés de les faire respecter. Dans ce cadre, la législation ne permet à l'Agence de contrôler et verbaliser qu'une partie des obligations prévues par ce corpus législatif, liées plus spécifiquement aux déchets ménagers et aux dépôts clandestins.

Ainsi, les motifs de cette verbalisation ne peuvent concerner que le respect du règlement de collecte, le respect des règles en matière de tri et les dépôts clandestins. 

Les agents de Bruxelles-Propreté axent leur travail sur deux objectifs. 

•D’une part, l’action structurelle  relative au respect de l’obligation de tri. Cela représente 50 à 60 % des PV dressés.

•D’autre part, sur les dépôts clandestins dont le nombre de PV qui y sont relatifs représente le solde du pourcentage indiqué.

Ensuite, en ce qui concerne la VIème Réforme de l’Etat, j’aimerais également apporter une correction. 

En effet, il ne s’agit pas de mettre des agents constatateurs à disposition des communes. 

Plus précisément, dans le cadre des SAC, les communes peuvent désigner, outre les agents communaux dont elles disposent déjà, des agents régionaux pour constater des infractions sur leur territoire. 

Ce mécanisme permettra aux agents régionaux de poursuivre le cas échéant des actes de malpropreté qu’ils constateraient de visu. 

Aujourd’hui, suite à la proposition de l’Agence Bruxelles-Propreté de procéder à ces désignations, seules 1/3 des communes ont répondu favorablement.

Enfin, il est évidemment toujours possible d’évaluer l’efficacité d’un service avec des moyennes. 

Toutefois, celles-ci ne reflètent que très partiellement une réalité qui est aussi qualitative. Si l’on tient compte de l’aspect financier, plus de 80% des procès-verbaux dressés par l’Agence donnent lieu à un paiement.  

Pour terminer, j’ajouterai qu’au regard des objectifs de propreté et de tri, les actions de répression doivent avant tout permettre de réduire les nuisances rencontrées.

 

 

Réponse de Madame Fadila Laanan à la question orale M. Arnaud PINXTEREN sur l’installation massive de poubelles « vigipirates » sur le territoire régional.

 

 

Le modèle des corbeilles publiques « vigipirates », aujourd’hui installées sur tout le territoire régional, a été initialement choisi afin de répondre à trois objectifs : celui de densifier massivement le territoire régional de corbeilles publiques, suivant l’idée que l’on ne peut attendre du citoyen le respect de l’espace public sans lui procurer les infrastructures pour le faire ; celui de le faire rapidement, et à moindre coût. 

1.500 corbeilles de ce type doivent ainsi être installées sur le territoire régional dans un délais court. Le principe de fixer l’arceau au mobilier existant évite en effet de devoir prévoir une emprise au sol – et donc de devoir faire appel à d’autres services que l’Agence elle-même – ni non plus de réaliser des analyses préliminaires pour vérifier la présence ou non d’impétrants.

Leur coût, à l’unité, s’élève à environ 100 euros – installation comprise, ce qui est largement inférieur aux autres types de corbeilles publiques dont les prix dépassent parfois 1.000 euros l’unité !

Au commencement du projet, chaque commune a été tenue informée du projet. L’Agence Bruxelles-Propreté a d’emblée annoncer qu’elle installerait ces corbeilles sur ses voiries régionales et qu’elle se tenait disposée à en fournir – installation comprise – aux communes intéressées à titre gratuit. 

Au total, plus de 1.100 corbeilles sont ainsi installées tant sur les voiries régionales que communales, à la demande et suivant les lieux déterminés par les pouvoirs publics concernés.

Dans le chef de l’Agence, les corbeilles sont installées là où l’on constate une carence : soit qu’il n’y a pas assez de corbeilles alentour, soit que les corbeilles déjà présentes débordent trop rapidement. 

Les corbeilles « vigipirates » permettent ainsi de répondre rapidement et efficacement à ce type de difficultés. La complémentarité est rencontrée, bien entendu, mais surtout recherchée pour ces mêmes raisons.

Enfin, en ce qui concerne la solidité du dispositif, il va sans dire que nous n’avons pas à faire au modèle en fonte, typique mais surtout très lourd en terme de pénibilité du travail. 

Toutefois, nous n’avons pas constaté de phénomènes tels que ceux que vous décrivez. Pour autant, j’ai d’ores et déjà demandé à l’Agence d’analyser les possibilités d’ajouter un cadre pour éviter que les sacs ne soient trop secoués en cas de grand vent. Celui-ci doit pouvoir s’adjoindre au dispositif existant sans devoir procéder à un encrage au sol.

 

 

Réponse de Madame Fadila Laanan à l’interpellation d'Arnaud Pinxteren et de Johan Van den Driessche sur la régionalisation des déchetteries communales

 

Comme vous l’indiquez, ce dossier est en bonne voie puisque la déchetterie communale de Woluwe-St-Pierre a été régionalisée et qu’elle sera très prochainement accessible aux habitants de Woluwe-Saint-Lambert.

A l'avenir, si les conditions d’une mobilité fluide sont rencontrées, il est possible d’imaginer l’accès de ce nouveau parc à conteneurs à d’autres habitants de communes limitrophes.

En ce qui concerne les autres dossiers de reprise, je puis vous indiquer que l’évaluation de la déchetterie de St Josse a révélé plusieurs difficultés, à commencer par la taille du site et son accessibilité, mais surtout du fait qu’il n’appartient pas à la commune.

Cette option doit donc être éliminée de la liste des implantations envisagées. Cela ne doit pour autant pas être considéré comme un échec si l’on considère les critères auxquels doivent répondre les parcs à conteneurs régionaux et que ce site n’aurait pas permis de rencontrer ; si l’on considère également le besoin de déchetterie à Bruxelles dans son ensemble et le fait que les habitants de la commune pourront continuer d’en bénéficier à petite échelle.

Il en va de même pour la déchetterie communale d’Uccle. En effet, l’analyse de cet emplacement a elle aussi révélé des difficultés à la reprise du fait de l’espace disponible. Toutefois, des adaptations auraient pu être imaginées.

Néanmoins, la commune a entamé de grands travaux et des déménagements pour ses infrastructures. Dans ce cadre, elle a prévu d’aménager différemment le terrain qui jusqu’ici servait de déchetterie communale pour y implanter un dépôt pour son matériel.

A nouveau, cela ne pose pas de difficultés majeures étant donné la proximité de la commune avec Forest et Anderlecht.

En ce qui concerne la déchetterie d’Auderghem et Boisfort, la commune est toujours en attente des autorisations qui lui permettront de déménager son dépôt sur le terrain voisin. Dès que celles-ci auront été obtenues, l’Agence Bruxelles-Propreté sera en mesure d’investir les lieux.

En ce qui concerne les autres déchetteries communales, l’évaluation des premiers sites repérés n’a pas été concluante à l’exception d’Ixelles où des solutions de mobilité doivent encore être trouvées.

A Evere, le site communal recevra les dépôts de la commune mais un site limitrophe a été repéré et l’Agence en est désormais l’occupant. Un bornage est en cours de réalisation pour délimiter le périmètre du site et un permis d’urbanisme pourra ensuite être demandé.

Quant aux trois dossiers de création, tel que le plan initial le prévoyait, je puis vous dire que le projet du Quai Demets a été porté au niveau de la programmation FEDER de cette législature et que j’ai bon espoir qu’il puisse être retenu. La suite des réjouissances pourrait ainsi se réaliser dans les prochains mois.

Pour ce qui est du terrain Bv SMET de Nayer, vu sa localisation, proche du parc a conteneur Nord et situé entre deux bretelles du ring qui ne sont pas pour faciliter les questions de sécurité, au regard également de l'avancement qui pourra être réalisé pour le parc a conteneur à Quai Demets, il n'en n'est pas fait une priorité à l'heure actuelle.

Enfin, concernant le site de Buda, des études d’architecte sont attendues pour le mois de juin. Elles permettront de préciser les travaux à réaliser et, une fois le bureau d’architecte sélectionné, d’entamer les travaux utiles.

Cet état des lieux général me permet de vous faire connaître l’avancement de ces dossiers étant entendu que l’Accord de Gouvernement prévoit de multiplier par cinq l’offre de parcs à conteneurs à Bruxelles à l’horizon 2019 et que les sites qui ne permettront pas l’implantation de nouveaux parcs à conteneurs devront bien entendu être remplacés par d’autres pour nous permettre de réaliser les objectifs fixés.

Dans l’intervalle, les projets de parcs à conteneurs mobiles se développent également.

Après le projet-pilote à Anderlecht, les communes ont été contactées pour reproduire le schéma sur leur territoire.

Il leur a été demandé de cibler des lieux ouverts et fréquentés pour accueillir temporairement les conteneurs.

Les services de l’Agence et des communes travaillent conjointement dans la définition de ces espaces et ensuite sur le terrain pour accueillir les habitants et les guider dans le tri de leurs déchets.

Ainsi Molenbeek et Ixelles sont actuellement desservies durant le mois de mai et de juin. Schaerbeek s’intègre également au planning le mois prochain.

Un calendrier a été élaboré jusqu’au mois d’octobre 2015 et sera poursuivi ensuite pour 2016.

Je suis heureuse de pouvoir vous dire que cette solution provisoire fonctionne bien et qu’elle apporte les solutions utiles aux besoins des Bruxellois.

 

--------------------------

 

 

Zoals u aanduidt, is het dossier op goede weg, daar het containerpark van Sint-Pieters-Woluwe werd geregionaliseerd en het weldra toegankelijk zal zijn voor de inwoners van Sint-Lambrechts-Woluwe.

In de toekomst, indien er wordt tegemoet gekomen aan de voorwaarden voor een vlotte mobiliteit, is het mogelijk zich voor te stellen dat ook de inwoners van andere aangrenzende gemeenten er toegang zullen toe krijgen.

Wat betreft de andere overnamedossiers kan ik u zeggen dat de evaluatie van het containerpark van Sint-Joost diverse problemen heeft blootgelegd, te beginnen met de omvang van het park en zijn toegankelijkheid, maar vooral het feit dat het containerpark niet het eigendom is van de gemeente.

Deze optie dient dus te worden geschrapt op de lijst van de mogelijke locaties. Dit mag nochtans niet als een mislukking worden beschouwd, als men de criteria in acht neemt waaraan de gewestelijke containerparken moeten beantwoorden, en waaraan deze site niet had kunnen beantwoorden ; en evenmin als men de algemene nood aan containerparken in Brussel in acht neemt, samen met het feit dat de inwoners van de gemeente er nog steeds op kleine schaal gebruik zullen kunnen van maken.

Hetzelfde geldt voor het containerpark van Ukkel.  De analyse van deze inplanting heeft eveneens problemen aan het licht gebracht bij de overname, vanwege de beschikbare ruimte. Nochtans hadden aanpassingen kunnen worden overwogen.

Niettemin heeft de gemeente belangrijke werken aangevat en haar infrastructuren verhuisd. In dit kader werd gepland het terrein, dat tot vandaag diende als containerpark voor het opbergen van haar materiaal, anders in te richten.

Nogmaals, dit levert geen probleem op gezien de nabijheid van de gemeenten Vorst en Anderlecht.

Wat betreft het containerpark van Oudergem en Bosvoorde wacht de gemeente nog steeds op de toelatingen die haar zullen toelaten om haar depot te verplaatsen naar het aangrenzende terrein. Van zodra deze toelatingen worden gegeven zal het Agentschap Net Brussel de plaats kunnen bezetten.

Wat betreft de andere containerparken was de evaluatie van de eerste sites niet overtuigend, met uitzondering van Elsene waar nog oplossingen voor de mobiliteit moeten worden gevonden.

In Evere beschikt de gemeente over de opslagplaatsen van de gemeente, maar een aangrenzende site werd gevonden en het Agentschap bezet deze voortaan. Het terrein wordt vandaag opgemeten om de perimeter van de site af te bakenen, waarna een stedebouwkundige vergunning kan worden aangevraagd.

Wat betreft de drie creatiedossiers voorzien in het oorspronkelijke plan, kan ik u zeggen dat het project op de Demetskaai op het niveau van de EFRO programmatie van deze legislatuur werd  gebracht, en ik heb goede hoop dat het zal worden weerhouden. Het vervolg zou dus de komende maanden kunnen worden gerealiseerd.

Er wordt momenteel geen prioriteit gegeven aan het terrein op de De Smet de Naeyerlaan, gezien de ligging, dichtbij het containerpark Noord en gelegen tussen de twee opritten van de ring die de veiligheidskwesties niet vergemakkelijken, en ook ten opzichte van de voortgang die zal kunnen worden gerealiseerd voor het containerpark aan de Demetskaai.

Tenslotte, wat betreft de site van Buda, worden de architectenstudies verwacht eind juni. Ze zullen de uit te voeren werkzaamheden bepalen en na de keuze van een architectenbureau kunnen de nodige werkzaamheden dan worden aangevat.  

Deze algemene stand van zaken laat me toe u de evolutie van de dossiers mee te delen, wetende dat het Regeringsakkoord voorziet in een vervijfvoudiging van het aanbod van containerparken in Brussel tegen 2019, en dat de sites die de inplanting van nieuwe containerparken niet toelaten, dienen vervangen te worden door anderen om zo de gestelde doelstellingen te bereiken.

Ondertussen worden de projecten van de mobiele containerparken

verdergezet.

Na het pilootproject in Anderlecht werd de gemeenten gevraagd om een schema van hun territorium op te stellen.

Er werd hen gevraagd de open en toegankelijke ruimten aan te duiden, om tijdelijk de containers op te vangen.

De diensten van het Agentschap en de gemeenten werken samen om deze ruimten te bepalen en vervolgens op het terrein, om de inwoners te onthalen en te helpen bij het sorteren van hun afval.

Zo worden Molenbeek en Elsene bediend tijdens de maanden mei en juni. Schaarbeek wordt opgenomen in de planning van de volgende maand.

Een kalender werd opgesteld tot de maand oktober 2015 en zal worden voortgezet voor 2016.

Ik ben verheugd u te kunnen melden dat in dit domein deze voorlopige oplossing goed werkt en dat ze bruikbare oplossingen biedt voor de noden van de Brusselaars.

 

 

Réponse de Madame Fadila Laanan à l’interpellation de M. Johan Van Den Driessche sur la régionalisation des déchetteries communales et la rationalisation des services communaux de propreté publique.

 

Comme je l’ai indiqué à votre collègue Monsieur Arnaud Pinxteren, les dossiers de reprise des déchetteries communales avancent, la reprise de Woluwe-Saint-Pierre en est le meilleur témoignage, et d’autres régionalisations auront lieu à l’avenir. 

 

Pour ce qui relève du balayage et du nettoiement prévu par la VIème réforme de l’Etat et son volet propreté, le travail de rédaction de la convention-cadre arrive à son terme et son passage au Gouvernement est imminent. 

Mais le travail ne s’arrête pas là, il faudra ensuite travailler avec chaque commune pour établir les conventions particulières. 

Ce sont elles qui permettront un encadrement resserré des équipes, tant communales que régionales, via un dispositif de collaboration qui permettra l’échange d’information au quotidien, une évaluation du travail réalisé à fréquence plus importante et la détermination conjointe d’objectifs pour améliorer le niveau de propreté. 

Je ne reviendrai pas sur les décisions prises dans le cadre de la VIème Réforme de l’Etat. 

Ma responsabilité, aujourd’hui est de tout mettre en œuvre pour que ce nouveau dispositif de travail apporte les résultats attendus. 

Cela est mon objectif mais c’est aussi celui des communes, toutes unanimes avec le constat que je fais chaque jour qu’en propreté publique, les frontières administratives n’existent pas.

 

--------------------------

 

 

Zoals ik reeds heb gemeld aan jullie collega, Mijnheer Arnaud Pinxteren, is er vooruitgang in de dosssiers voor de overname van de gemeentelijke containerparken.            
De overname van het containerpark van Sint-Pieters-Woluwe is daarvan een voorbeeld, en andere regionalisaties zullen in de toekomst plaatshebben. 

Wat betreft het vegen en schoonmaken, voorzien in het luik Netheid van de VIde Staatshervorming, wordt het opstellen van de kaderovereenkomst afgewerkt en weldra aan de Regering voorgelegd. Maar daar houdt het werk niet op.   

Er zal met alle gemeenten moeten worden samengewerkt om de specifieke overeenkomsten op te stellen. 

Deze moeten een versterkte begeleiding van zowel de gemeentelijke als de gewestelijke ploegen mogelijk maken,  via een samenwerkingssysteem met dagelijkse uitwisseling van informatie, een frequentere evaluatie van het gedane werk, en het gezamenlijke bepalen van doelstellingen om het niveau van de openbare netheid te verhogen. 

Ik zal niet terugkomen op de beslissingen in het kader van de VIde Staatshervorming. 

Mijn verantwoordelijkheid bestaat er vandaag in, alles in het werk te stellen opdat dit nieuwe samenwerkingssysteem de verwachte resultaten zou opleveren. 

Dit is niet enkel mijn doel, maar ook dat van de gemeenten, die samen met mij achter de vaststelling staan die ik dagelijks doe, namelijk dat er op het gebied van openbare netheid, geen administratieve grenzen bestaan. 

 

 

Réponse de Madame Fadila Laanan à l’interpellation de Mme Barbara D’URSEL sur les perspectives d’avenir de Bruxelles-Compost

 

Je vous remercie pour votre question qui met très justement en lumière les enjeux actuels en matière de traitement des déchets verts et organiques des Bruxellois. 

A l’heure actuelle, le centre de compostage de Bruxelles-Propreté accueille en moyenne près de 22.000 tonnes de déchets par an et cela, de manière relativement constante depuis plusieurs années. Ayant une capacité de 20.000 tonnes, l’excédent est réceptionné par le partenaire de la filiale qui se charge de son traitement. 

Ces tonnages témoignent du bon fonctionnement du centre dont les 2/3 des intrants proviennent des ménages bruxellois et le 1/3 restant, d’apports privés (les communes, les entreprises de jardinage, etc.). 

A cet égard, on a pu constater que la localisation du centre de compostage était un véritable atout : situé à proximité du ring, il constitue une solution vraiment intéressante pour les professionnels qui souhaitent se défaire de leurs déchets sans devoir parcourir de longues distances. 

Le bilan de ce centre est donc positif et présente une situation budgétaire équilibrée.

En ce qui concerne le développement progressif des compostages de quartier, considérant les chiffres qui viennent de vous être présentés, il n’y a pas lieu de s’inquiéter d’un manque à gagner pour le centre de compostage, ni aujourd’hui, ni non plus à terme. 

Quant à la question du permis pour la poursuite des activités, celui-ci fait actuellement l’objet de discussions entre Bruxelles-Propreté et Bruxelles-Environnement ainsi qu’entre mon cabinet et celui de Madame Frémault. 

Pour ce qui est de la généralisation des collectes organiques et du traitement de ces déchets, la biométhanisation est une solution parmi d’autres – je pense par exemple au co-compostage qui apporte également des avantages intéressants. 

Là encore, Madame la Ministre Céline Frémault et moi-même travaillons en bonne intelligence puisque nous avons chargé nos administrations d’analyser ensemble la solution la plus souhaitable pour les Bruxellois et le traitement de leurs déchets. 

En définitive, le dossier pour la poursuite des activités du centre de compostage suit son cours et rien n’indique à l’heure actuelle, qu’il faille envisager sa fermeture.

 

 

----------------------------------

 

 

Ik dank u voor uw vraag die de huidige uitdagingen op het gebied van de verwerking van organisch- en tuinafval in Brussel in het juiste daglicht plaatst. 

Vandaag verwerkt het composteringscentrum van het Agentschap Net Brussel gemiddeld 24.000 ton per jaar, op een constante manier en sedert vele jaren. 

Met een capaciteit van 20.000 ton wordt het teveel opgevangen door een partner van het filiaal, die instaat voor de verwerking ervan. 

Deze tonnages tonen de goede werking aan van het centrum, waar 2/3 van het afval afkomstig is van de Brusselse gezinnen en het resterende derde uit private bronnen (de gemeenten, de tuinbedrijven, enz…).

Wat dit betreft hebben we kunnen vaststellen dat het lokaliseren van het composteringscentrum een ware troef betekent : het ligt in de nabijheid van de ring en biedt een interessante oplossing voor de professionelen die zich willen ontdoen van hun afval en daarbij geen lange afstanden wensen af te leggen. 

De balans van dit centrum is dus positief, want de budgettaire situatie is in evenwicht. 

Wat betreft de geleidelijke ontwikkeling van buurtcomposteenheden is er, rekening houdend met de cijfers die u werden gepresenteerd, geen reden om zich zorgen te maken over mogelijk verlies voor het composteringscentrum, noch vandaag, noch in de toekomst. 

Wat betreft de kwestie van de toelating voor het voortzetten van de activiteiten, deze is vandaag het onderwerp van discussie tussen Net Brussel en Milieu Brussel en tevens mijn kabinet en dat van Mevrouw Frémault. 

Wat de veralgemening van de organische ophalingen en de verwerking ervan aangaat, is biomethanisering een mogelijke oplossing – naast bijvoorbeeld de co-compostering die eveneens belangrijke voordelen biedt. 

Ook hier werken Mevrouw de Minister Céline Frémault en ikzelf goed samen, daar we onze adminstraties belast hebben samen de meest wenselijke oplossing te onderzoeken voor de Brusselaars en de verwerking van hun afval. 

Tenslotte gaat het dossier over de voortzetting van de activiteiten van het composteringscentrum zijn weg en niets wijst er vandaag op dat de sluiting ervan moet worden overwogen.